Hawyi – A Monster Boy

fullsizephoto344039
Hawyi (Yeo Jin-gu) est un jeune adolescent qui vit avec ses cinq pères, membres du gang des serpents. Initialement kidnappé contre rançon, ces derniers décidèrent de l’adopter après que la transaction ait échoué. Mais bien qu’élevé dans la violence et rompu au maniement des armes, le jeune garçon présente une nature sensible, réservée, et présente des prédispositions certaines pour le dessin. Ce qui constitue d’ailleurs un sujet de désaccord entre ses pères, certains voulant qu’il ait une vie rangée et entre aux beaux-arts, d’autres souhaitant qu’il prenne leur relève. Tous sont cependant profondément attachés au jeune homme et cette petite famille mène une petite vie relativement normale jusqu’à ce qu’un nouveau contrat ne vienne réveiller le passé et les démons de ce fils prodigue.

Hawyi est une excellente surprise et apparaît au final beaucoup plus profond que le simple film d’action stylisé auquel on pouvait s’attendre à la vue du trailer et de la communication française de son éditeur. Jang Joon-hwan (Phantom : the Submarine, Save the Green Planet) a su nouer une intrigue solide, cohérente et développer des personnages intéressants et torturés à souhait, l’allégorie du monstre symbolisant les peurs intérieures. On regrettera peut-être que les cinq pères n’aient pas tous bénéficié du même traitement, certains manquent cruellement de consistance. Mais sans doute cela a-t-il permis de mettre en exergue la relation entre Hawyi et Seok tae (campé par l’excellent Kim Yun-seok -The Murderer, The Chaser) sur laquelle repose le film. Par ailleurs, le scénario n’est pas exempt de quelques facilités, notamment l’enquête menée en parallèle qui avance un peu trop vite. Mais Hawyi est globalement un bon film qui propose en sus des scènes d’action esthétiques et efficaces tout en ne tombant pas dans la surenchère d’hémoglobine. Les acteurs sont bons, le rythme soutenu, la musique de qualité. En bref, un bon divertissement pour ces longues soirées d’hiver.

(le film est disponible dans l’hexagone en DVD chez Wild Side depuis le 29 octobre 2014)

Laisser un commentaire