Asiatiques de France, un documentaire de Laurence Jourdan

 

asiatique de france

Source : France 5, Bruno Abile

 

Les asiatiques font partie de la communauté nationale française depuis plus d’un siècle et aujourd’hui on compte près d’un million de citoyens ou de nationaux originaires d’extrême orient en France.

Malgré cette longue présence qui a souvent résonné avec les soubresauts de l’histoire française  notamment lors des deux conflits mondiaux et  les  guerres coloniales, force est de  constater  que bien que faisant  partie des minorités dites visibles les asiatiques se caractérisent par leur quasi absence de la scène politique et médiatique française.

L’excellent documentaire « Asiatique de France » de Laurence Jourdan entreprend remédier  à ce manque en relatant le parcours souvent complexe des migrants et des descendants de l’immigration asiatique.  L’exercice relève d’une gageure tant la communauté asiatique se caractérise par son hétérogénéité ethnique et culturelle. Mais Asiatique de France remporte son pari en  parvenant  à réaliser une synthèse convaincante de l’histoire de toutes les communautés d’extrême orient sans exception qu’elles proviennent d’Asie du sud- est ou de l’est.

source France 5, Asiatiques de France

Le travail de recherche documentaire réalisé par Laurence Jourdan est remarquable. il a fallu près d’un an et demi pour rassembler les archives cinématographiques et photographiques présentées dans le documentaire.  Ce sont souvent des images inédites qui sont données à voir. Elles dressent à travers les différentes époques  un portrait poignant de ces hommes et femmes qui dans des conditions souvent dramatiques se sont fait une place dans la société française. Malgré une discrimination promulguée dans le code pénal d’avant guerre faisant de l’asiatique un citoyen de seconde zone, malgré l’exploitation économique des travailleurs d’extrême orient dans des conditions touchant parfois presque aux travaux forcés, une intense vie artistique et intellectuelle asiatique put s’épanouir en France et la sécheresse du code indigénat ne put empêcher des idylles  de se faire entre métropolitaines et colonisés.

Asiatiques de France situe aussi le contexte politique des différentes vagues d’immigration notamment celui de l’époque de la colonisation française. Le documentaire révèle alors les rapports ambigus entre colonisés et colonisateurs.

Paradoxalement, ceux qu’on appelait alors les indigènes surent acquérir en métropole les techniques  et les savoirs de leurs maîtres coloniaux pour les retourner contre ces derniers dans leur lutte pour l’indépendance.

Le groupe des “Cinq Dragons” en France : Nguyen Ai Quoc (à gauche), Phan Van Truong, Phan Chu Trinh, Nguyen An Ninh et Nguyen The Truyen (de gauche à droite et de haut en bas). source : http://indomemoires.hypotheses.org/

En ce qui concerne l’Indochine,  le documentaire décrit comment s’est constitué à paris dans le XIII dans la villa des gobelins  ce qu’on appela alors le groupe des cinq dragons, c’est-à-dire l’un des premiers rassemblements d’idéologues anticolonialistes vietnamiens en en France  dont Phan Chau Trinh et Ho Chi Minh  furent les membres les plus éminents. La suite du documentaire s’attarde ensuite sur  la seule trajectoire d’Ho Chi Minh et des communistes annamites jusqu’ à l’éclatement guerre d’Indochine.

On pourrait compléter ce panorama du milieu politique indochinois  en métropole réalisé par  Laurence Jourdan en évoquant un fait : Ho chi Minh ne fut pas le seul représentant légitime de la lutte anticolonialiste vietnamienne et le marxisme n’était pas l’unique mouvement politique prônant l’émancipation des colonies, loin de là. Les cinq dragons se séparèrent sans trouver de voie commune, la pensée de Phan Chau Trinh prônant une décolonisation pacifique prendra un chemin très différent de la révolution marxiste d’Ho Chi Minh. De plus on comptera à coté du parti communiste près d’une quinzaine de parti dit nationalistes révolutionnaires hostiles au marxisme, et également un  parti trotskiste. Comme les communistes vietnamiens,  nombre des membres de ces différents partis militèrent et organisèrent en partie leur mouvement en France même.

source : http://indomemoires.hypotheses.org/1110

Peut être plus significatif, l’influence des idées de la Métropole sera déterminante sur ceux qui deviendront les dirigeants du sud-vietnam après 1954, les frères Ngo. Les fréquents séjours à Paris du  futur président de la République du Vietnam Ngo Dinh diem  et le passage de son frère Ngo Dinh Nhu à la prestigieuse Ecole Nationale des Chartes  contribueront à ce que ces derniers soient  fortement influencés par la philosophie du Personnalisme d’Emmanuel Mounier.  Le Personnalisme qui prônait  une troisième voie renvoyant dos à dos le libéralisme et la pensée communiste, constituera le socle idéologique de l’Etat du sud vietnam.

L’histoire des mouvements indépendantistes vietnamiens révèle donc un aspect de l’immigration asiatique que l’on peut entrevoir dans le documentaire par le récit de l’exode des rapatriés d’indochine en 1954 et celui des boat people après 1975: les communautés asiatiques en métropole se caractérisèrent aussi par leur hétérogénéité sur le plan politique. Durant les deux guerres d’Indochine,  les émigrés d’Asie du sud-est s’affrontèrent souvent idéologiquement  et même parfois physiquement. La Maison de l’Indochine, résidence d’étudiants au sein de la cité universitaire internationale due même être fermée en raison d’affrontements violents entre cambodgiens pro khmer rouges et pro républicains dans les années 1970. Le temps aidant le climat politique régnant au sein des diasporas de l’ex Indochine  s’est heureusement aujourd’hui largement pacifié.

Au-delà du simple descriptif historique, le documentaire de Laurence Jourdan révèle aussi le paradoxe qui se pose finalement à tout migrant, asiatique ou pas: comment  se définir en tant que citoyen français lorsque l’on est détenteur d’une double identité culturelle, celle du pays d’accueil qui est le lieu de la construction de votre présent et de votre avenir, celle du pays d’origine qui se rapporte à vos racines profondes ?

Pour la totalité des intervenants d’origine asiatique du reportage  se réclamer d’une double culture n’est absolument pas conflictuel «  je suis à 100 % français et à 100% chinois » explique Olivier Wang avocat d’origine Wenzhou.  Frédéric Chau acteur explique  comment il a pu dépasser cette dualité identitaire : c’est justement en s’appuyant sur son patrimoine culturel sino-cambodgien qu’il a assuré sa réussite dans la société française  en tant que comédien au jamel comedy club.

Pour terminer on pourrait évoquer un constat assez glaçant, dont la réalisatrice nous a fait part lors de l’avant première d’Asiatique de France. La minutieuse recherche documentaire qu’a réalisée Laurence Jourdan lui a fait prendre conscience d’une réalité: ces dernières années en dehors de quelques reportages marronniers sur le nouvel an chinois/vietnamien et des  documentaires racoleurs sur la criminalité asiatique, il n’existe pratiquement aucune image de la minorité asiatique de France.

« Créer vos propres images » nous a t-elle enjoint. Pour pouvoir acquérir enfin une légitime visibilité les asiatiques de France devraient peut être commencer  par redevenir propriétaires de leurs représentations dans les médias et  plus largement dans la société française.

Asiatiques de France de Laurence Jourdan sur France 5

Diffusion sur France 5

Episode 2 Le 29 septembre 2013 à 22h00

Episode 1 Le 12 octobre 2013 à 00h40 (rediffusion)

 En savoir plus et sources

http://www.france5.fr/et-vous/userdata/a_augure_file/7/7163/Lesasiatiquesdefrance.pdf

Penser le nationalisme révolutionnaire au Việt Nam : Identités politiques et itinéraires singuliers à la recherche d’une hypothétique « Troisième voie » ,François Guillemot

L’intelligentsia vietnamienne en quête d’une utopie révolutionnaire, Pierre Brocheux

2 thoughts on “Asiatiques de France, un documentaire de Laurence Jourdan

  1. Pingback: Le blog Nhan Ban | Asiatiques de France, un documentaire de Laurence Jourdan

  2. Pingback: Asiatiques de France, un documentaire de Laurence Jourdan | Nhan ban blog

Laisser un commentaire