Quand un sumo sauva la vie de Charlie Chaplin

Chaplin et l’incident du 15 mai
Visite de Chaplin au Japon (3ème à partir de la droite)

Visite de Chaplin au Japon (3ème à partir de la droite)

La démocratie Japonaise des années 1930 vit au bord du gouffre. La crise de 1929 fait rage et conduit les nations du mondes à se replier sur eux-mêmes. Certaines cèdent aux sirènes des populistes et des régimes fascistes tandis que les tentations militaristes se renforcent. Au Japon les régimes autoritaires fascinent d’autant plus que la colonisation nourrit la paranoïa de groupes militaristes ultra-nationalistes.

La jeune démocratie japonaise tangue sous les coups  des difficultés économiques et de la pression des mouvements nationalistes au sein de l’armée. Ceux-ci vivent mal les limitations imposées à la marine de l’archipel par le traité naval de Londres, réclament un pouvoir politique plus fort confié aux militaires et la prise par la force des ressources permettant à l’archipel de résister à un hypothétique conflit avec les Occidentaux, les Etats-Unis d’Amérique notamment. Ces groupes sont parfois inspirés par les régimes autoritaires d’Europe : ils en adoptent le goût pour la violence, le rejet du libéralisme et l’extension territoriale, la conquête des ressources vitales manquant au pays. Il rajoutent pour certains un mysticisme local (nichiren) et une vision raciste de la supériorité du peuple japonais.  Entre ces groupes d’extrême droite l’entente n’est pas toujours cordiale.
Leurs coups de force de multiplient néanmoins :  incident de Mukden en 1931 (perpétré par le célèbre Ishiwara et la faction de l’armée du Kwantung), incident de la ligue du sang où sont assassinés des politiciens et des hommes d’affaires en 1932. Le 15 mai 1932 une nouvelle conjuration mêlant des officiers de la marine et de l’armée se dévoile. Leur plan est ambitieux et un brin utopique. Ils souhaitent assassiner le premier ministre Inukai dans sa résidence, attaquer la résidence du Lord gardien des sceaux privés (qui contrôle l’accès à l’empereur), frapper les sièges de grandes entreprises et aussi tuer  Charlie Chaplin qui était en visite au Japon. En ciblant la vedette de  cinéma ils espéraient déclencher une guerre avec les Etats-Unis ignorant qu’il était citoyen britannique. Leur opération est un échec sauf l’attaque de la résidence du premier ministre qui sera assassiné par 11 officiers. En revanche Charlie Chaplin qui était accueilli par ce dernier a échappé à la mort par un heureux concours de circonstance. En effet le fils du premier ministre Takeru Inukai l’avait invité à assister à une compétition de Sumo.
Devant leur échec les conjurés se sont d’eux-mêmes rendus à la police. Traduit devant une cour martiale, soutenus par des milliers de témoignages et de pétitions, ils écopèrent d’un jugement clément : quelques années de prison. Signe que la démocratie japonaise commençait à chanceler face aux militarismes.

Laisser un commentaire